LA CULTURE...UN OUTIL CONTRE L'ANTISEMITISME......

Vu -Lu






Lancement du livre "La Shoah et son ombre"
Par Francine Mayran   (Éditions Arthenon)
Lancement en septembre

Pourquoi peindre la Shoah ? (réponse de l'auteur)

shoah

L'ouvrage regroupe une soixantaine de tableaux inspirés directement et indirectement de la Shoah

Afin de rappeler, sans cesse et sans relâche, que l'homme est capable du pire, les cicatrices de la seconde guerre mondiale devront toujours garder une part de visibilité. Nous ne pourrons nous prémunir contre les excès du passé qu'en trouvant des moyens de cultiver une mémoire qui, fatalement, se transformera au fil du temps. Chaque génération trouvera ses façons particulières de transmettre le souvenir des survivants, des témoins, des acteurs du drame, des mécanismes, des peurs et de la folie qui ont conduit à la destruction de millions de vies innocentes. Chaque génération trouvera ses mots et ses images pour tenter de dire l'indiscible. Déjà, à mesure que les décennies passent, le mot mémoire remplace celui de souvenir.

Nos momuments, nos cérémonies et nos publications prennent pourtant systématiquement une forme culturelle : on fait appel aux sculpteurs, aux poètes, aux cinéastes pour transmettre le souvenir de la Shoah, comme si seul le champ artistique pouvait nous en parler. L'artiste transforme l'atroce en beau, la souffrance en recueillement, les cris en silence. Le travail de Francine Mayran prend sa source au sein de cette problématique. Où s'arrête le souvenir, et où commence la création de la mémoire ? Comment avoir une impression autre que diffuse et fragmentaire d'une réalité que nous n'avons pas connue directement ? Peindre la Shoah n'est pas donné à tout le monde. Le sujet est d'une telle charge émotionelle qu'il est probable que celui ou celle qui s'y attaque ne se retrouve rapidement devant un obstacle majeur : comment transmettre l'incommunicable ? comment rendre compte de ce que nous n'avons pas vu de nos propres yeux ? C'est là que résident la force et l'intelligence du travail de Francine Mayran. Car elle n'a pas commencé par peindre la Shoah. Elle a commencé par peindre.

Plus tard, après avoir laissé ses pinceaux et ses brosses suivre les injonctions de son esprit, après avoir laissé libre cours à sa créativité, elle a découvert qu'elle peignait la Shoah. Les formes ont alors pris un sens, une piste s'est éclaircie, et une vision d'ensemble s'est imposée. Ses tableaux sont puissants et subtils, dérangeants et tranquilles, violents et retenus. Sa peinture parle mille langues, avec une grande délicatesse. Appelée à traverser les frontières géographiques, culturelles et religieuses, l'oeuvre de Francine Mayran permet à chacun, à travers une émotion artistique intense, de partager l'incommunicable.

Les Editions Arthénon sont honorées de pouvoir participer à la diffusion du travail plastique de Francine Mayran. La publication d'un beau-livre regroupant un large choix de son travail permettra de contribuer à la reconnaissance de l'oeuvre d'une artiste de grand talent, et en même temps de faire oeuvre utile. Le rêve de tout éditeur conscient qu'un livre, ce n'est pas que de l'impression...

 

Droits de reproduction réservés AJLT 2013